Voici une vidéo que j’ai beaucoup aimé. Elle porte un message important, que nous connaissons déjà, mais que nous avons besoin de nous rappeler “sans arrêt”, encore et encore…Comme elle est en espagnol, mon amie Claudie Lachaud a eu la gentillesse de la traduire et j’ai juste apporté mon petit grain de sel. En attendant de trouver le moyen de mettre les sous-titres, vous trouverez en dessous le texte en français:

L’ELEVE  
Maitre, nous devons faire quelque chose. L’Empire est en train d’accélérer l’exécution de son sombre programme. S’ils interviennent sur notre ADN, les conséquences seront terribles. La résistance s’organise. C’est maintenant ou jamais. L’heure de la révolution est arrivée.
LE MAITRE
Je veux simplement que tu respires doucement et profondément et que tu te demandes à qui tu donnes ton attention et ta force quand tu parles et tu agis.
C’est l’amour qui t’impulse à bouger, à aller dehors, à sortir et à tout révolutionner ou est-ce la peur ?
Là où tu mets ton attention, tu mets ton pouvoir et ta force créatrice.
Rappelle-toi que si tu te laisses guider par la peur, tes projections se retourneront contre toi.
Hier, moi aussi j’avais peur et cette peur alimentait ma colère contre l’obscurité que représentait l’Empire.
Aujourd’hui, j’ai senti la force de tous les univers réveillant le nôtre, j’ai écouté la voix des sages, de nos ancêtres qui nous rappellent que nous avons vécu cela des milliers de fois, toujours depuis l’autre côté du miroir, soit en luttant ou soit en nous soumettant.
Aujourd’hui, j’ai écouté le chant de notre mère « la Terre, qui nous rappelle que nous sommes une immense conscience qui donne vie à son propre rêve.
Les anciens parlent d’un jeu de miroirs, dans lequel nous sommes piégés.
Je suis en train de parler d’un programme qui se répète, qui s’autoalimente encore et encore jusqu’à ce que nous retrouvions comment en sortir, arrivant à la lumière du cœur, la véritable lumière qui ne lutte pas, qui reconnait tout, intègre, ordonne et dissout.
L’ELEVE
Mais maître, l’empire avance. Il ne suffit pas d’ouvrir les yeux des gens, il faut le renverser, peu importe la manière.
LE MAITRE
Bien entendu que ça importe. C’est même ce qui est le plus important. Et c’est tout l’enjeu du moment.
Rien n’existe en dehors de soi : Le plan obscur de l’Empire, son sombre agenda, la douleur, les virus, la micro-puce qu’ils cherchent à nous imposer, la souffrance, tout cela n’est qu’une illusion. Ils jouent avec ça et s’en servent pour alimenter ta peur et réveiller ta colère.
Ainsi, c’est ainsi qu’ils se sont nourris de nous depuis toujours. Quand tu réponds par la lutte ou la soumission, tu réponds à leur réalité et non à la tienne. Tu es en train de créer leur monde et non celui que tu portes en ton cœur.
L’ELEVE

Je ne te comprends pas. On ne peut rester tout le temps à méditer. Nous devons agir.
LE MAITRE

En cela, tu as raison. Nous avons beaucoup à faire.
Laisser tomber nos croyances, ce n’est pas quelque chose de simple à réaliser
L’ELEVE

Nos croyances ? Je te parle d’un monde réel qui est là, autour de nous !
LE MAITRE 
Veux-tu en terminer avec le sombre pouvoir de l’Empire ? Veux-tu les empêcher d’alimenter un monde qui corrompt, qui détruit et abuse les plus innocents, les rendant esclaves ?
Alors, écoute ton cœur, rentre en lui et inspire t’en. Connecte-toi avec la nature, avec le ciel, avec l’eau, avec la terre, avec l’air et le feu.
Mets ton intention dans ce que tu choisis de créer et non dans ce que tu crains qu’ils créent.
Imagine le monde nouveau dans lequel tu veux vivre, en le respirant chaque jour malgré tout ce qui semble arriver et souviens t’en pour tous.
Cesse de donner ton attention en alimentant la création du monde contre lequel tu veux lutter, cesse de réagir, sors de ton mental et entre dans ton cœur, car c’est là que sortir dehors faire quelque chose aura du sens.
L’ELEVE
Maitre, tu ne portes pas de masque, tu prends tout le monde dans tes bras et les regardes directement dans les yeux. Tu parles comme si tu étais déconnecté de la réalité. Tu es peut-être contaminé par ce virus, Ils disent qu’il est mortel, qu’il rend fou !
LE MAITRE
Peut-on savoir avec quelles informations tu nourris ton corps et ton esprit ?
Fais-tu réellement confiance aux modes de communication, aux institutions, aux états et aux organismes qui nous gouvernent, dont les moyens de subsistance sont alimentés par l’Empire ?
Tu n’as donc rien appris pendant tes années d’enseignement !
Pour connaître la vérité, il te faut entrer dans le vide, là où les croyances cessent d’exister, regarder avec les yeux de l’esprit et transcender le messager afin d’entrer dans les profondeurs des véritables intérêts derrière de chaque nouvelle qui te fait peur, derrière chaque ordre donné qui entame ta liberté et celle des êtres humains.
Ne te laisse pas berner par les apparences, par les sympathies nées pendant le temps où tu étais endormi. Les choses ne sont pas telles que l’on croit.
L’obscurité se revêt de lumière et la lumière se confond avec l’obscurité, lorsqu’on est déconnecté de son cœur.
Ecoute attentivement : cette obscurité, si terrible contre laquelle tu crois lutter, c’est la nôtre.
Nous l’avons autorisée, en regardant ailleurs, pendant que nous acceptions le monde avec leur vision à eux. Pendant que nous vivions sans tenir compte des injustices, et souffrances perpétrées par d’autres êtres humains.
Cette obscurité à laquelle tu veux te confronter, elle n‘est pas différente de celle que tu as utilisé toute ta vie, pour valider et consentir les atrocités, les guerres, les sacrifices et la pauvreté qui alimentent ce monde que tu ne souhaites destituer.
Tu l’as alimenté tous les jours de ta vie, par ton silence, ton ignorance, ton inconscience, ta révolte, ta complaisance, ta stupidité et ton arrogance.
Sans notre consentement, toutes ces horreurs n’existeraient pas.
Il n’y a rien qui te sépare de la nature ni de la création, sauf tes propres croyances.
Il n’y a rien de ce que je te dis que je n’ai pas besoin de me rappeler aussi à moi-même.
C’est pourquoi ce matin, lorsque j’ai senti ma peur, j’ai choisi d’embrasser la vie,
J’ai choisi d’arrêter d’en être séparé ; j’ai demandé au virus le plus puissant qui soit, de me contaminer, de me dilater, de me ramener dans le cœur.
Je parle du virus de l’Amour, celui qui dissout le doute, la peur, la colère et la bêtise.
Si regarder la vie en choisissant d’être là où la séparation n’existe pas, c’est devenir fou, alors j’affirme que je suis devenu fou. Je suis fou à lier. Parce que la seule chose que je désire est que ce virus contamine le monde entier. Que rien n’échappe à son puissant regard. Et que le cœur nous réveille à tous.
Reconnaître cette obscurité que nous avons alimenté par notre propre bêtise et notre silence, c’est le premier pas.
Le second, c’est de nous reconnaître souverains et refuser d’alimenter une seconde de plus, cette obscurité que nous avons créée. Mais nous ne devons pas le faire depuis la peur ou la colère mais depuis la gratitude, car sans elle, nous n’aurions pas pu nous éveiller à qui nous sommes, ni compris ce que nous sommes venus faire ici.
Le troisième pas, c’est commencer à créer la vie que nous portons en nous, chacun la sienne, nous rencontrer au bord de nos chemins, apprendre de notre diversité en sentant notre connexion, nous reconnaître tous comme des enfants du ciel et de la terre, tous unis, acceptant qu’au-delà de ce rêve…………(grand silence ) Nous avons toujours fait partie d’une grande conscience.
Tu ne fais plus confiance à ton cœur ?

L’ELEVE
Je ne sais que te dire, maître, si ce n’est que je me suis laissée envahir par ma peur et ma colère.
Je te demande pardon.
LE MAITRE
La faute n’existe pas, par conséquent tu n’as pas besoin de mon pardon 
Simplement, tu as à choisir : ta tête ne peut pas choisir, ton cœur par contre lui peut le faire.
Alors la question est simple :
CHOISIS TU DE CRÉÉER DEPUIS LA PEUR OU TU CHOISIS DE LE FAIRE DEPUIS L’AMOUR ?

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………… Sortons tous ensemble dehors et contaminons le monde

Et le ciel à travers le soleil, réveilla la mère terre, 
ses chants sacrés éclairèrent notre conscience.
L’amour embrassa nos peurs.
La lumière effaça nos doutes. 
Et l’obscurité cessa d’exister comme quelque chose de terrible et dense pour devenir une nuit remplie d’étoiles.
Et tout cela arriva quand, tous ensemble, nous avons ouvert nos cœurs.”

Créée par Victor Brossah et David Leyton
www.brossahleyton.com
Traduit par Claudie Lachaud et Maria-Elisa Hurtado-Graciet